Créées à des fins thérapeutiques par Perrin Grimard – en vue d’éliminer les vers parasites de la poésie et autres ténias de la prose – les Éditions VERMIFUGE se voudraient une alternative pour ceux dont, en province, les éditeurs et les revues se refusent à traiter le cas et qui, lecteurs, n’ont d’autre choix que de se tourner vers les publications des grandes maisons d’édition (nous ajouterons parisiennes) ou qui, auteurs, ont pour unique recours l’automédication… c’est-à-dire l’autoédition ou le compte d’auteur…

Plus sérieusement, et pour être plus précis, nous aimerions encourager la recherche de nouvelles formes littéraires… d’un nouveau fond… ; que les poètes, par exemple – puisque la création poétique est amenée à tenir une place de choix dans nos publications –, se convainquent définitivement qu’il leur faut écrire autre chose, autrement ; et qu’ils fassent que cette autre chose et que cet autrement soient, pour le moins, en adéquation avec le monde contemporain, qu’il n’y ait plus entre leurs œuvres et lui le décalage que trop souvent nous déplorons. Mieux encore, nous voudrions faire des Éditions VERMIFUGE un véritable laboratoire, un atelier virtuel de littérature contemporaine voire expérimentale (au sens où pouvaient l’entendre les fondateurs de l’OULIPO). Nombre d’expériences ont bien été menées ces dernières décennies mais, malgré la pléthore des parutions actuelles et un regain d’intérêt apparent pour la création poétique sous toutes ses formes, il nous semble que nous tournons à nouveau en rond…

Si nous nous proposons donc de présenter les recherches de jeunes auteurs, nous avons également en projet de publier des thèses et des essais abordant le thème de la création et/ou étudiant des œuvres (littéraires, artistiques…) ayant un contenu poétique ou interrogeant, de quelque façon que ce soit, le mot, la parole, le langage…

Poursuivre les expériences en cours, aller encore plus loin sur la voie de la guérison ; faire avancer la littérature : voilà ce que nous voudrions…

Collection 1

  • éreintique de Nikola Akileus, décembre 2017. 135 pages ; 15,00 €.
  • Histoires anéanties de Guénolé Boillot, décembre 2016. 110 pages ; 12,00 €.
  • Théorie du Grand Rien de Pierlyce Arbaud, mars 2013. 193 pages ; 16,00 €.
  • Machine dans tête de Mathias Richard, décembre 2012. 194 pages ; 20,00 €.
  • Les Arbres gonflés de Lucie Dumas, décembre 2012. 80 pages ; 11,00 €.
  • Disparité de Cédric Longet, octobre 2012. 160 pages ; 18,00 €.
  • La Malangue de Yannick Torlini, août 2012. 82 pages ; 11,00 €.
  • Altermoiements de Vincent Walter Jacob, juillet 2012. 66 pages ; 9,00 €.
  • 3 x rien des astres d’Isabelle Monin, juin 2012. 94 pages ; 12,00 €.
  • Autopoiesis de Thomas Seguin, avril 2012. 62 pages ; 9,00 €.
  • Aujourd’hui je décide de travailler dans l’espace du retard d’Irène Mascret Bina, avril 2011. 76 pages ; 11,00 €.
  • Un Point sur la planète d’Elisa Coste, juin 2010. 70 pages ; 9,00 €.
  • Toute une vie sans amour de Pierlyce Arbaud, mars 2009. 148 pages ; 13,00 €.
  • Le Radis de cristal de Chloë Malbranche, septembre 2008. 98 pages ; 12,00 €.
  • Une Saison à l’envers de Pierlyce, mars 2007. 139 pages ; 13,00 €.
    Collection Injection lente
  • Le Muletier devenu vizir de Véronique Ajarrag, juin 2018. 550 pages ; 29,00 €.
  • Baba blues de Patrick Chavardès, juin 2016. 120 pages ; 12,00 €.
  • Rhapsodie de Philippe Defranxault, février 2013. 120 pages ; 14,00 €.
  • Sarabande de Philippe Defranxault, novembre 2010. 129 pages ; 14,00 €.
  • Aliénor de Marie Angèle Prétot, septembre 2009. 76 pages ; 12,00 €.
    Collection Overdose
  • Mésaventure origninelle d’Oxo Big-Bang de Pierlys Arbo, mars 2014. 49 pages ; 13,00 €.
  • IL de Pierlys, mars 2008. 37 pages ; 7,00 €.
    Collection En acte (théâtre)
  • La Beauté du geste (version féminine) de Jean-Michel Baudoin, février 2010. 82 pages ; 12,00 €.
  • La Beauté du geste (version masculine) de Jean-Michel Baudoin, février 2010. 80 pages ; 12,00 €.
  • Le Dépôt d’Ophélie Grevet-Soutra, octobre 2009. 85 pages ; 12,00 €.
  • Pas d’homme d’Ophélie Grevet-Soutra, septembre 2007. 92 pages ; 11,00 €.
    Le Laboratoire
  • N°5, 2014/2015. 48 pages ; 10,00 €.
  • N°4, 2013/2014. 48 pages ; 10,00 €.
  • N°3, 2012/2013. 48 pages ; 10,00 €.
  • N°2, 2011/2012. 48 pages ; 10,00 €.
  • N°1, 2010/2011. 48 pages ; 10,00 €.
    Fanzine
  • N°12, septembre 2015. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°11, mars 2015. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°10, septembre 2014. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°9, mars 2014. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°8, septembre 2013. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°7, mars 2013. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°6, septembre 2012. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°5, mars 2012. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°4, septembre 2011. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°3, mars 2011. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°2, septembre 2010. 12 pages ; 1,00 €.
  • N°1, mars 2010. 12 pages ; 1,00 €.
    Collection 0 (fascicules)
  • Notes de musique de Laurent Bénon, février 2013. 58 pages ; 8,00 €.
  • Numerus clausus (phrases 667 à 999) de Benoît Lecoin, décembre 2012.
    36 pages ; 5,50 €.
  • Numerus clausus (phrases 334 à 666) de Benoît Lecoin, décembre 2008.
    36 pages ; 5,50 €.
  • Numerus clausus (phrases 1 à 333) de Benoît Lecoin, juin 2007.
    36 pages ; 5,50 €.
  • Ex nihilo nihil de Benoît Lecoin, août 2006. 36 pages ; 5,50 €.
  • Réminiscences et traces de Chloë Malbranche, avril 2006. 36 pages ; 5,50 €.
  • Solstice de Pierlyce, décembre 2005. 48 pages ; 5,00 €.
  • D’abord de Pierlyce, septembre 2005. 44 pages ; 6,00 €.
  • Le Bouquet de Pierlyce, juin 2005. 32 pages ; 3,00 €.
  • Plouf ! de Pierlyce, mars 2005. 24 pages ; 1,50 €.
    la feuille
  • 13 numéros, de décembre 2006 (pour le N°0 – N°1 en mars 2007) à décembre 2009 (N°12) ; gratuit (épuisé).