« Ovni littéraire ». Poète « poétiquement incorrect ». Inclassable. Des apparitions dans quelques revues, paraît-il sous différents pseudos. Ses recherches s’articulent autour d’une production écrite, graphique, plastique et sonore. On le lit en public. On le jouera bientôt. Il paraît aussi qu’on le chante (ou plutôt, qu’on le crie) ! Déjà…

Mésaventure originelle d’Oxo Big-Bang de Pierlys Arbo, mars 2014. 49 pages.

Théorie du Grand Rien de Pierlyce Arbaud, mars 2013. 193 pages.

Toute une vie sans amour de Pierlyce Arbaud, mars 2009. 148 pages.

IL de Pierlys, mars 2008. 37 pages.

Une Saison à l’envers de Pierlyce, mars 2007. 139 pages.

Solstice de Pierlyce, décembre 2005. 48 pages.

D’abord de Pierlyce, septembre 2005. 44 pages ; 6,00 €.

Plouf ! de Pierlyce, mars 2005. 24 pages.

Réactions à propos de la sortie

de Théorie du Grand Rien :

« Pierlyce Arbaud est un trou du cul ! » (Michel Houellebecq)

« J’en ai entendu parler. C’est bien ? » (François Busnel)

« C’est amusant cette impression de déjà lu

et en même temps de totale nouveauté ! » (Natacha Polony)

« Je n’aurais pas écrit ça comme ça – je ne suis pas un poète, moi !

Mais ce qui est dit dans certaines pages, c’est pas faux. » (Éric Zemmour)

« Mettre Descartes et Freud dans le même panier,

j’y avais déjà pensé ! » (Michel Onfray)

« Je n’y crois pas mais cela reste une possibilité…

C’est un physicien de chez vous, Pierlyce Arbaud ?… »

(Stephen Hawking contacté par téléphone et traduit de l’anglais)

« Qui ça ? » (Philippe Sollers)

« The Big Nothing is less than zero ? » (Bret Easton Ellis de passage à Paris)

« C’est tellement simple que c’en est fascinant. » (Cédric Villani)

« Et cela contredit vraiment les travaux de mon arrière-grand-père ?… »

(Paul Einstein, violoniste, arrière-petit-fils d’Albert)

« On vous l’avait bien dit ! » (Grichka Bogdanoff)

« Mais non ! Nous ne sommes pas passés à côté de ce manuscrit !

L’auteur ne nous l’a jamais envoyé ! » (Antoine Gallimard)

« L’auteur, trop logorrhéique, souffre d’un côté appliqué bon élève dans certains élans ou trop jouisseur de son phrasé mais il n’est pas dépourvu de maîtrise technique (…) et il y a de grandes qualités dans ce livre, une quête intense, authentique et des percées, des audaces, des trouvailles dignes d’un grand artiste, vraiment… » (Pierre Le Pillouër)

« Vous savez, si c’est pour me dire que j’ai inventé Lucy de toutes pièces !… » (Yves Coppens)

Presse + web :

En écho à Théorie du Grand Rien :

Guénolé Boillot sur le blog du très sérieux écrivain.

Conviction du doute par Yannick Torlini sur Tapages.

Un extrait de Théorie du Grand Rien sur Sitaudis.

Frédéric Lorenzi pour Fanzine n°7 (mars 2013).
 Rose Sélavy pour Fanzine n°7 (mars 2013).

Poème visuel :

Un aspect de Petit poème métahysique du matin
(à l’Atheneum, Dijon ; 2012)

Critiques presse + web :

Actua Litté

critique-livre.fr

critiqueslibres.com

Autres critiques :

Presse: